Les avancées technologiques ont diminué la qualité de « la photographie »

Par • 10 nov, 2011 • Catégorie: Général

 Alec Pugliese, étudiant en deuxième année de photographie, n’avait jamais réalisé le potentiel photographique qu’il avait, avant de prendre une photo d’un ami qui allait changer sa vie. « C’est lorsque j’ai réalisé que la photographie était plus qu’un hobby, que j’ai voulu y consacrer ma vie ».

Sa grand-mère lui acheta alors un olympus E510, son premier appareil photo reflex (DSLR) pour noël. A la suite de cela, grâce aux cours de photo argentique que son école lui fournit, il a commencé à expérimenter ainsi qu’avec d’autre procédés photographique alternatifs.

Aujourd’hui il utilise Flickr pour exposer ses oeuvres qu’il appel « Alecography »: « Facebook et Myspace sont des endroits pour trouver des photo de tous les jours, que les gens publient car ils veulent partager leurs expériences, leur vie, et non leur art. »

Credit @ Julien B

Chelsea Dreyer, également étudiante en photographie, dit qu’elle est amoureuse de la photographie depuis le collège, lorsqu’elle à eu son premier appareil photo numérique, et qu’elle découvrit qu’elle avait « un regard » pour la photographie.

« C’est également un des rares métiers que j’apprécie, où je me sentirais le plus à l’aise, c’était donc le choix évident pour mes études ».

La technologie en photographie est devenue bien plus accessible aujourd’hui, déclare Penny Forester, professeur de photographie. Entre les appareils compacts, bridges et reflex numériques, les téléphones, Facebook, Flickr, et la connectivité mobile, la culture de la photographie est devenue proéminente dans le monde d’aujourd’hui, et spécialement chez les jeunes étudiants.

Chelsea pense que des sites tels que Facebook et Flickr ont facilité la tâche aux artistes qui souhaite exposer leurs photos et recevoir des critiques, mais en grande majorité les photos sont de faible qualité, ou des photos d’amateurs.

« Le fait est qu’il est très facile de partager ses photos, avec par exemple des smartphones équipés de toutes sortes d’applications utilisant des filtres automatiques, ce qui leur donnent un coté esthétiquement plaisant. Les gens ne reconnaissent plus, ou n’apprécient plus, la technique et les compétences nécessaires pour créer des photos réellement plaisantes, sans toutes ces applications automatiques. »

Le professeur Forester n’a pas l’impression que le nombre d’étudiants en photographie ait réellement augmenté ces dernières années, cependant elle à remarqué une réelle augmentation du niveau de ses élèves.

Credit @ Yves Bouthérand

« Avec le développement de cette culture de la photographie, les nouveaux étudiants arrivent dans le cursus avec une meilleure sensibilité à la création et à l’image. Nous avons quasiment tous aujourd’hui sur nous un appareil électronique possédant une caméra ».

Alec Pugliese est conscient que cela à énormément changé la photographie.

« Lorsque la photographie à commencé avec le Daguerréotype, et les premiers développements, cet art était comme la peinture. Vous deviez savoir ce que vous faisiez, et dans quel ordre le faire, sinon tout était foutu. Mais aujourd’hui, à cause de la vitesse des avancées technologiques, j’ai l’impression que l’art véritable, la photographie de qualité, est perdu dans l’immensité du nombre de photo « classiques » qui forment notre quotidien visuel. Parce qu’aujourd’hui, n’importe qui avec un simple téléphone, peut publier ses clichés ».

Et vous qu’en pensez-vous ? La photographie a t-elle perdu en qualité, ou est-ce plus difficile de trouver le talent au milieu des milliers de photos publiées chaque jour ?

Source : The towerlight

Marqué comme: , , , , , , ,


Articles similaires


: Photographe amateur Franc-comtois, J'aime expérimenter dans la photographie, sans forcément tenir compte des règles. Amateur de nouvelles technologies, et d’Internet vous pourrez trouver plus d’infos sur mon blog www.13-Design.net
Contactez l'auteur | Tous les Articles par
Suivre les articles en RSS
Suivre bokeh.fr sur Twitter

  • Antoine

    Je constate aussi que la photo de mauvaise qualité devient monnaie courante (facebook est un véritable carnage !). Je reste quand même optimiste pour l’avenir car rapidement, les gens se rendront compte que même avec un appareil de bonne qualité, il n’auront jamais d’aussi bon résultat que les « vrais » photographes. Tous le monde pense faire des bonnes photo parce que le grand publique se retrouve avec du matos qui n’a rien à envier aux pros mais un jour, ils comprendront que le matos ne fait pas tout.

  • http://pyrros.fr Pyrros

    Je pense personnellement que la qualité est noyée par les autres images diffusées. Il suffit de voir certaines galerie d’images (sont-ce encore des photos ?) qui contiennent des centaines voir plus de fichier non sélectionnés. ??? je ne parlerai même pas des photos qui ne sont pas retournées.

    Je me demande même si « l’auteur » de ces images ne cherche pas à nous proposer un nouveau type de timelapse, car ce personnage (certains se reconnaitront j’espère) nous diffuse la totalité de sa rafale et 5 voir 8 img/s cela peut donner un très grand nombre d’images …

  • http://www.tudiscaparcequetesfache.com HangryBen

    Perdre en qualité, je ne crois pas. Je crois même que les bons photographes peuvent s’appuyer sur la technologie pour produire des images encore meilleures.
    En revanche, il est indiscutable que la technologie à facilité la création/diffusion de « photos moyennes » que l’on peut voir quotidiennement. A charge, pour les « bons photographes » de faire en sortes de continuer à sortir du lot.

  • http://twitter.com/13_Design Julienb (Bones)

    C’est un peu ce qui est ressorti également sur le débat qui s’est mené en parallèle sur twitter. Il y a toujours autant d’artistes, et de photos exceptionnelles, mais elles sont un peu perdues dans la masse. Pour reprendre @nicolasjlt que je côtoie sur twitter, les photos de qualité sont diluées dans la masse. Ici par contre s’ouvre une autre question soulevé par HangryBen : Comment sortir de la masse …

  • Rom1desbois

    La photo est victime de son succès. Le flux de photo qui circule sur Internet n’a jamais été aussi important. Il y a maintenant plusieurs usages de la photo : artistique, communicative (j’ai vu un truc drôle, je le photographie et le le poste sur facebook pour mes potes), souvenir…
    Les bonnes photos sont de plus en plus noyées dans cet amas et c’est plutôt logique. Mais de plus en plus de gens s’autoproclament « photographes » et créent leur propre site « jeandupontphotography.fr ». C’est ce qui rend vraiment plus difficile à la vraie photo de qualité d’émerger.
    Mais bon pour cela, il y a toujours les grands professionnels et par exemple le site de l’Agence Vu qui propose toujours de vrais bons reportages. Un regal pour les yeux assuré !

  • Creff

    la valeur d’un photo ne dépend pas de sa qualité technique mais du point de vue de son auteur, un point de vue assez conscient de lui-même fait la différence entre une photo non sentie et un possible œuvre d’art
    le numérique libère la possibilité de prise de vue et le traitement de base de la photo mais ne forme pas le regard

  • Fotoforom

    Très bon article! Effectivement, on est noyé sous les (nos) images! Je pense que ce qui fait la différence c’est le sens des images! Mais ça ce n’est pas facile!!!

  • Jonathan

    Je pense qu’il y a 2 phénomènes, le numérique a permis à certains de se découvrir un talent in estimé et de ce fait, je pense que grâce à internet les photographes de talent sont au contraire plus nombreux qu’il y a ne serait-ce que 10 ans !
    Par contre effectivement ils sont noyés dans un immense flux de photos, ce qui les rend peut-être moins visible.
    A l’inverse le numérique à « vulgarisé » la photographie et de ce fait il y a absolument de tout et n’importe quoi en terme « qualitatif ».
    Tout du moins, encore une fois grâce (à cause ?) d’internet ces photos sont plus visibles qu’avant.
    L’autre phénomène, qui lui me pose parfois problème, c’est qu’avec les outils informatiques, j’ai l’impression qu’aujourd’hui un « bon » photographe maitrise plus les outils de post-traitement que la technique photo, la prise de vue, en elle même….il n’y a qu’à voir les désastres causés par le HDR !

  • http://www.commeunreflex.com/ Cédric

    Un article très intéressant qui débouche sur un débat passionnant. Je suis d’accord avec certain sur le fait que les bons photographes sont noyé dans la masse. Mais ils existent encore et dirais qu’il y en plus que dans le passé !!! Avoir une signature se travaille de façon assidue et méthodique. Il est clair qu’il ne suffit pas d’avoir un matériel dernier cri pour produire une image de qualité, l’appareil doit juste servir d’instrument afin de capturer une image précise, imaginé dans la tête voire désirée !!!
    Encore bravo pour cet article.